Bonheur au travail = Avantage compétitif – C’est prouvé !

smiley_736x392À la dernière conférence annuelle de l’AMCP (Association of change management professionals), un conférencier très sérieux nous a causé « Bonheur » … comme véritable facteur de succès –­–moi, qui comme la quasi-totalité de l’auditoire, croyais que c’était plutôt l’inverse.

Place à Shawn Anchor, chercheur et auteur américain, ayant consacré des études postdoc aux effets du bonheur au travail sur la performance des organisations. (En passant, les thèses de doctorats sont lues en moyenne par 7 personnes, incluant la mère du doctorant !!?)

Il est pourtant formel, nous devons renverser à 180 degrés le paradigme « que si nous travaillons fort, nous aurons du succès et que si nous avons du succès, nous serons heureux. » Tout part du bonheur, qui rend productif, qui engendre des résultats… une spirale vertueuse surprenante pour la cartésienne en moi.  Commençons par la définition du Petit Robert : le bonheur est un état de la conscience pleinement satisfaite, c’est ce qui rend heureux.  Et Wikipédia parle de : plénitude, satisfaction ou sérénité, état agréable et équilibré de l’esprit et du corps, d’où la souffrance, le stress, l’inquiétude et le trouble sont absents.

Mais Shawn Anchor va plus loin : le bonheur au travail ce n’est pas la croyance que nous n’avons pas besoin de changer, mais bien la réalisation que nous pouvons déjà changer, c’est la joie ressentie en réalisant que nous sommes en voie de réaliser notre plein potentiel. Tout simple, mais comment diable parvenir à renverser l’équation.

Voici ses 7 principes à mettre en place pour accéder à un tel avantage compétitif.

  • L’avantage du bonheur : entraînons notre cerveau à capitaliser sur les pensées et les émotions positives
  • Les points d’appui et les leviers : travaillons notre état d’esprit
  • L’effet Tetris : entraînons-nous à voir les possibilités, les opportunités, plutôt que les problèmes
  • La chute inversée : voyons le côté positif des difficultés et des échecs
  • Le cercle de Zorro : devant un grand défi, commençons par de petits objectifs, et graduellement donnons-nous de plus grands défis
  • La règle du 20 secondes : faisons de petits changements, qui nécessitent peu d’énergie, mais qui seront durables
  • L’investissement social : investissons dans nos familles, nos amis, c’est un gage de succès.

La science démontre que nous pouvons entraîner notre cerveau à être heureux. Des employés heureux ont des taux de productivité plus élevés, obtiennent de meilleurs résultats de ventes, sont de meilleurs leaders, obtiennent de meilleures évaluations de rendement et sont mieux payés. Enfin, ils sont moins enclins à prendre des congés de maladie, à démissionner et sont moins sujets à l’épuisement professionnel.  Un investissement rentable, vous dites !

Le bonheur est donc la clé qui ouvre la porte à tout le reste.  Et non l’inverse.

Pour en savoir plus sur le sujet : The Happiness advantage, Shawn Anchor, Éditions Crown Business, 2010