Leaders transformationnels : ce qu’ils ont et que les autres n’ont pas… (2/2)

Seulement 13% des leaders se disent outillés pour piloter un projet de transformation1. Quel est le secret de cet ADN, ce bagage génétique qu’ils ont le privilège de porter en eux? Dans ce deuxième et dernier article sur ce sujet, nous aborderons deux autres talents qui les distinguent : la capacité de mobiliser l’intelligence collective autour du changement et celle de transformer une organisation dans l’action.

Comme mentionné dans l’article précédent, s’il  n’est pas possible de dresser un  portrait-robot du « parfait leader transformationnel », il existe néanmoins des zones de performance où ils se rejoignent.

Le premier de ces attributs était la capacité d’insuffler une direction claire et audacieuse à leur organisation. Analysons maintenant les deux autres…

Mobiliser l’intelligence collective autour du changement

Le deuxième de ces attributs est sa capacité de mobilier dans la durée, et ce, du partage de sa vision jusqu’à son implantation dans un contexte de responsabilisation de tous.

Le leader transformationnel mobilise ses troupes en orchestrant et en valorisant toutes les contributions individuelles et collectives nécessaires à la transformation. De cette manière, il inscrit l’action dans la pérennité.

Le leader transformationnel les responsabilise en déléguant et en donnant du pouvoir aux autres afin qu’ils aient toute la latitude requise pour être des générateurs de changement, des innovateurs. Une responsabilisation qu’il sait orienter sur la vision partagée.

Le leader transformationnel capitalise sur la diversité en mettant les forces et les talents individuels au service de l’enrichissement collectif, ce qui favorise l’émergence d’idées nouvelles et de solutions plus robustes.

On pourrait croire que cette capacité de mobilisation se retrouve chez la majorité des dirigeants. Or, le leader transformationnel se distingue nettement par sa compréhension des interactions entre les personnes, les zones de résistances et les zones de potentiel. Ce talent d’architecte sociallui permet de concrétiser son projet de changement en mettant ses troupes en action.

Vous voulez en savoir plus, voir mon billet complet sur le site de la revue Gestion HEC Montréal.

LIRE AUSSI: Leaders transformationnels: ce qu’ils ont et que les autres n’ont pas… (1/2)

Note: 1 McKinsey « What’s missing in leadership development » 2017