Une certification en gestion du changement, un pas dans la bonne direction!

Depuis plusieurs années, je suis très impliquée dans le recrutement de conseillers en gestion du changement. Je dois admettre que je suis toujours surprise de voir à quel point certains pensent qu’une bonne dose d’intuition et d’improvisation est suffisante pour se lancer dans cette belle profession. Et je constate encore à quel point la notion d’expert en gestion du changement est galvaudée.

Bien sûr, la profession de conseiller en gestion du changement a évolué au cours de la dernière décennie. On reconnaît de plus en plus qu’un bon conseiller dans le domaine doit maîtriser plusieurs compétences. Il doit avoir un bon sens des affaires et une bonne compréhension des enjeux des gestionnaires et il doit être au fait de modèles ou démarches en appui à la gestion du changement. Ces modèles structurent les activités à réaliser, mais aident aussi à comprendre les réactions humaines en période de changement. Il doit aussi disposer d’un certain  bagage d’expérience en gestion de projet, en communications, en formation et en développement organisationnel. Enfin, il doit faire preuve de qualités de leadership, avoir de bonnes habiletés politiques, de négociation et d’influence. On est donc bien loin de la simple intuition et de l’improvisation.

Mais il reste encore trop de gens qui pensent que la gestion du changement peut être orchestrée par des personnes ayant un minimum d’expérience terrain, qui vont donc s’improviser expert en gestion du changement. C’est pourquoi des organisations comme l’ACMP (Association of Change Management Professionals) ou le Change Management Institute (CMI) en Australie ont entrepris des travaux de développement d’une certification en gestion du changement.

Ces démarches visent à développer un corpus de connaissance («body of knowledge») propre à la discipline afin de soutenir, voire de renforcer les connaissances et compétences des professions de ce domaine. Ce sont des démarches exhaustives et très rigoureuses. À titre d’exemple, la démarche entreprise par l’ACMP comporte les étapes suivantes :

  • Un recensement des besoins du marché des entreprises qui embauchent ces conseillers internes ou externes;
  • Un inventaire des bonnes pratiques par le biais de sondages et de groupes de discussions d’experts venant de tous les coins de la planète;
  • Le développement d’une base de connaissance agnostique (sans égard à une méthodologie particulière) et de standards en gestion du changement;
  • L’élaboration d’une méthode d’évaluation pour obtenir la certification (un peu comme l’examen qui mène à la certification en gestion de projet – PMP);
  • La validation légale de la méthode d’évaluation sur tous les continents;
  • La qualification de firmes pour la formation et la préparation à la certification;
  • La mise en place du processus de certification.

On voit là tout le sérieux d’une telle démarche qui sera complétée probablement en 2014 ou 2015.

Est-ce que cela fera des professionnels de meilleurs intervenants en gestion du changement? Dans certains cas oui, dans d’autres pas! Mais une telle démarche aura l’avantage d’instaurer un filtre à l’entrée de ce domaine d’expertise systémique qui requiert de nombreuses compétences. Elle aura également l’avantage de garantir aux futurs employeurs un certain niveau de connaissance et de compétences à l’embauche et ainsi d’éviter de retrouver des candidats inaptes à faire le travail.

Une certification, ça ne règlera pas tout, mais c’est sûrement un pas dans la bonne direction!

Pour plus d’info sur la certification de l’ACMP consulter : www.acmpglobal.org.