Ce que j’ai trouvé à l’ACMP Change Management 2018

Brio a pris l’habitude, depuis quelques années, d’être présent à la conférence annuelle de l’Association of Change Management Professionals (ACMP). Du 25 au 28 mars dernier, c’était au tour de Christine et moi, d’aller représenter Brio à Change Management 2018 à Las Vegas.

À mon retour, la première idée qui m’est venue en tête lors de mon bilan personnel a été de réfléchir à ce que cette expérience nous a apporté et pourquoi des conseillers en transformation organisationnelle devraient y être!

LE GRAND RASSEMBLEMENT ANNUEL DES GENS EN TRANSFORMATION

La conférence de l’ACMP rassemble chaque année autour de 1100 participants. Certains chiffres entourant la conférence de cette année m’ont frappé :

  • Participants et conférenciers en provenance de 29 pays

  • 487 entreprises de 28 secteurs d’activités différents
  • 65% des participants font de la conduite du changement…100% de leur temps !

De plus, malgré la forte représentativité internationale, la conférence a offert aux gens du Chapitre du Québec de l’ACMP de pouvoir faire connaissance, et ultimement se reconnaître. Nous avons même tissé des liens nécessaires afin de suivre les activités du chapitre tout au long de l’année. Un constat marquant est la facilité avec laquelle nous pouvons parler de notre réalité et des enjeux vécus sur le terrain sans avoir à expliquer ce que nous faisons comme métier. Ce constat est d’autant plus vrai pour ceux qui occupent un poste de conseiller interne en entreprise et qui n’ont pas nécessairement accès à un grand bassin de collègues du même métier. Ce désir d’échanger sur les défis du métier et le partage qui en a résulté nous a permis de ressortir de cet événement avec un vécu enrichi. 

LES CONFÉRENCIERS ET LEURS CONTENUS

Les conférences offertes nous ont permis de viser des objectifs précis d’apprentissage selon notre niveau d’expérience. Preuve que la qualité des présentations était très élevée ; malgré une expérience confirmée en transformation organisationnelle, nous avons été en mesure de renforcer notre pratique en repartant avec des notions et outils supplémentaires, même en participant à certaines conférences s’adressant aux gens débutant dans le métier ! Fait intéressant, les conférenciers sont également participants de la conférence pour la plupart. On les écoute… puis on se retrouve assis côte à côte à la conférence suivante ! Nous avons eu de très nombreuses opportunités de pouvoir échanger avec eux au cours des 3 jours et tisser des liens plus importants.

En plus d’avoir trouvé les prestations des conférenciers intéressantes, elles étaient souvent même déstabilisantes. À travers cet univers de découvertes, je retiens 2 coups de cœur :

  • Une conférence sur l’utilisation des techniques d’improvisation pour mieux apprivoiser les situations de changement… et performer dans l’ambiguïté. Basé sur son livre Go With It : Embrace the Unexpected to Drive Change, Karen Hough nous invite à nous familiariser avec l’état de « comfortable discomfort » ;
  • L’utilisation de la métaphore du « hit » musical pour implanter un changement de manière pérenne. À partir de son livre Rock’N’Roll With It – Overcoming the Challenge of Change, le chanteur et conférencier Brant Menswar nous invite à nous inspirer des facteurs de succès en musique et en chanson pour établir une connexion entre le coeur et la tête, et donc entre les émotions des employés et les valeurs fondamentales de l’organisation.

UN PÈLERINAGE ANNUEL RESSOURÇANT

Étant souvent appelés à intervenir sur des projets où nous sommes « seul expert » de notre métier et ce sentiment peut être davantage senti lorsqu’on pratique en mode autonome. La conférence présente donc une opportunité de ressourcement, voire de rafraîchissement pour alimenter nos idées. Suite à l’expérience, je tracerais un parallèle direct entre le format de la conférence et les journées plénières que nous organisons chez Brio. Ces journées, où toute l’équipe prend un temps d’arrêt pour se réunir, servent à explorer de nouvelles approches en transformation, partager nos expériences en mandat, prendre le temps de se… ai-je déjà mentionné… de se ressourcer ? Je le crois bien ! Change management 2018 a donc été l’équivalent d’une méga formation interne pour tous ceux qui n’ont pas cette plateforme dans leur milieu de travail.

Pour conclure, je citerais Peter Shankman le conférencier d’ouverture: «I don’t need you to be awesome; I need you to be 1% better…».  Après 3 jours à Change Management 2018 et la réflexion qui en a découlé au moment d’écrire ces lignes, je crois que c’est objectif atteint dans mon cas. Du moins, jusqu’à l’année prochaine !