2019.10.08

Entreprises : Osez l’humour !

Par Ludovic Boutin

Infolettre

Une blague pensez-vous ? Pas du tout ! C’est ce que nous avons appris le 17 septembre dernier alors que nous assistions à la nouvelle édition de l’événement « Gestion du Changement » organisé par le média Les Affaires. Loin d’être le simple élément perturbateur que l’on imagine, lorsqu’il est bien utilisé, l’humour se révèle être un formidable allié de la vie en l’entreprise.

L’idée n’est pas nouvelle, mais force est de constater qu’elle a encore du mal à faire son chemin. Alors que 50% des Québecois se disent malheureux au travail[1], l’humoriste Benoit Pelletier et l’experte en Design Organisationnel Joëlle Charpentier nous ont invité lors de cette conférence, à redécouvrir le pouvoir de l’humour en tordant le coup à certaines croyances.

UN VECTEUR D’AUTHENTICITÉ ET DE COHÉSION

L’humour est un mécanisme fondamental d’adaptation et de socialisation. Il change le rapport que l’on noue avec soi-même, et avec les autres, tout en nous aidant à prendre de la distance face aux situations que nous traversons au quotidien.

S’autoriser à être drôle, c’est d’abord retrouver une forme d’authenticité en laissant s’échapper une part de nous. C’est accepter de dévoiler d’autres aspects de sa personnalité et assumer ses failles, sans se cacher. L’humour nous libère des codes très formels de l’entreprise qui nous enferment dans un rôle mécanique. Là où rien ne doit dépasser, il encourage une forme d’expression plus ouverte, plus spontanée qui tend la main vers l’autre. L’humour, « c’est comme une tortue, c’est sortir son cou vers l’autre » illustrent les deux experts en posant la question : pourquoi laisser son vrai soi à la porte de l’organisation ?

L’humour est un langage à part entière, une façon de construire ses relations. C’est une pratique qui se nourrit de tensions, d’imperfections et de malaises en vue de mieux les déconstruire et de les dissiper. Dans un groupe, quelle que soit la taille ou l’organisation, les traits d’humour contribuent à créer un environnement plus sain. Cela facilite la communication et fluidifie les échanges entre les individus.

D’après Serge Grudzinski, auteur du livre « Laugh to Lead[2] », le rire permet de casser les murs d’émotions négatives qui se dressent entre les collaborateurs. Il a cette capacité à créer des souvenirs, à générer une émotion collective positive qui favorise la cohésion et renforce l’équilibre dans les relations.

UNE COMPÉTENCE STRATÉGIQUE 

Les entreprises, et les personnes qui y travaillent, sont soumises à de multiples pressions en permanence. Un contexte difficile où la valorisation de l’humour devient essentielle. Elle constitue un réel atout pour désarmorcer des situations délicates (incompréhensions, conflits) et mieux appréhender les aléas du business (négociations, prises de décisions, changements).

L’humour favorise la créativité en appelant à porter un autre regard sur les événements. Il permet de penser différemment et d’adopter une vision plus clairevoyante, peu importe notre place dans l’entreprise.

L’outil humoristique est également un moyen d’améliorer la qualité des conversations. Il aide à dynamiser les discours et à faire passer des messages en toutes circonstances : réunion, conférence ou opérations de communication. Lorsqu’il est utilisé avec intelligence, il représente un savoir-faire précieux dans la communication d’informations.

UNE QUESTION D’INTENTION ET DE MAITRISE

Sachant cela, comment lui faire une place dans l’entreprise ? En l’autorisant tout simplement, en l’annonçant clairement et en l’intégrant progressivement dans la vie organisationnelle. Mais attention, l’humour est une chose à manier avec prudence et quelques précautions sont de mises.

Pour être bénéfique, l’humour doit être bienveillant. Il est le bienvenu à condition que l’intention soit positive. L’ironie, la stigmatisation et tout autre raillerie sont à proscrire. On ne rit pas de l’autre, mais avec l’autre. Et pour que cela fonctionne, il faut se former au non-jugement.

En ce sens, Joëlle et Benoit préconisent quelques bonnes questions à se poser sur la façon dont nous utilisons le pouvoir comique : est-ce que ca va blesser quelqu’un ? est-ce que ça va abaisser l’organisation ? est-ce que ça m’inclut dans le problème ? est-ce que mon intention sera claire ? est-ce que cela va améliorer un point de l’entreprise (climat, cohésion) ?

Par ailleurs, l’humour est aussi une affaire de maitrise. Cela ne se limite pas à raconter des blagues, et peut se traduire de mille et une manières. Comme toute compétence, il nécessite de la pratique et de l’apprentissage pour pouvoir être employé à bon escient. Or, cela n’est pas forcément à la portée de chacun. Tout le monde n’est pas voué à être comique.

Quoiqu’il en soit, en laissant l’humour traverser les murs de l’organisation,  les entreprises ont beaucoup à y gagner : bien-être, créativité, productivité. Déconcertant peut-être, mais drôlement pertinent.

[1] Étude commandée par l’Alliance des centres-conseils en emploi ANTRAX, janvier 2019

[2] GRUDZINSKI Serge, Lead to Laugh : quand le rire débloque, soigne, rassemble et motive les entreprises, Iggibook, 2019